La bienveillance envers soi-même

zen

Vouloir être un parent bienveillant nous semble essentiel pour établir un lien fort et une complicité avec son enfant. Mais d’abord il faut apprendre à être bienveillant avec nous-mêmes.
Malgré la volonté d’être dans la bienveillance, des fois nous sommes fatigués et à bout de nerfs.

Trouver du temps

Stressé par le travail, énervé par ses propres parents, déçu par un ami… finalement ça peut finir en dispute dans la famille, avec son partenaire ou ses enfants. Alors qu’au final la cause principale est souvent notre propre fatigue. Et c’est là où il faut faire attention de ne pas décharger nos émotions sur nos enfants, en prenant soin de nous et en écoutant nos besoins.

Difficile de trouver du temps pour se reposer ou de passer du temps avec soi-même.

Les enfants à préparer pour aller à l’école, le bébé dans les bras, le repas à faire, puis le ménage et on voulait inviter de la famille, des amis…passer une soirée en amoureux et puis il faut faire du sport aussi… et le temps pour moi-même, je ne le trouve pas.

Malgré de nombreuses activités et “obligations” je pense qu’il est nécessaire de prendre du temps pour soi. Non, c’est même la base. Si on n’est pas bien avec soi-même on ne peut l’être avec personne. Donc il faut prendre du temps avec soi-même. Des fois ça doit être le rendez-vous prioritaire dans votre agenda : “Je m’occupe de moi-même”. Si vous n’avez que quelques minutes par jour c’est toujours ça !

Se retrouver

Alors chacun a ses activités préférées pour se défouler (salle de sport, danse, cheval, natation, course…). Cela fait du bien de pouvoir être actif. Mais il me semble nécessaire de se poser des fois, tout simplement pour faire son “ménage intérieur”. Ceux qui ont fait du yoga ou des activités similaires savent peut-être de quoi je parle. Cette sensation d’être vraiment centré sur soi-même, se sentir, sentir l’énergie dans ses mains, savoir qui on est et ce qu’on veut faire… et le tout sans se servir de son cerveau, sans réfléchir, sans se poser de question… tout simplement se retrouver.

Des activités comme le yoga, la méditation, le chant, la musique, le dessin ou autre nous aident à nous poser et à trouver la zenitude.

Être zen ?

Être un parent zen pour moi, c’est être en paix avec soi-même, avec qui on est. Un parent zen a compris qu’il a les clés de son propre bonheur dans ses mains et qu’il suffit de s’en servir. Il sait se faire confiance et peut faire confiance à son enfant. Il s’écoute et peut écouter son enfant. Il prend soin de lui et peut prendre soin de son enfant. Il sait qu’en étant à l’écoute de ses émotions, sentiments et besoins, il évite un déséquilibre entre ses besoins profonds et ses actions. En s’écoutant il va vers la sérénité, l’harmonie et à la bienveillance.  Cet état d’esprit, il le transmet naturellement à ses enfants.

Un équilibre

L’équilibre acquis n’existe pas, bien sûr, c’est un cheminement, un travail de tous les jours et chacun a son équilibre propre. Nous avons tous des besoins différents qui peuvent changer aussi en fonction de nos envies et situations actuelles.
À chacun de trouver et garder l’équilibre entre famille, liberté, loisirs, travail, amitié, repos…
Ce qui est bien, c’est qu’en général un équilibre nous amène souvent à un autre – c’est à dire une fois l’équilibre personnel trouvé on trouve un autre équilibre alimentaire etc…

Puis la parentalité c’est un chemin aussi, on accompagne et apprend toujours, il n’y a pas de moment où on peut se dire – ça y est !

« Le vrai bonheur ne dépend d’aucun être, d’aucun objet extérieur. Il ne dépend que de nous. » Le Dalaï Lama

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Ça pourrait vous intéresser

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *